Expression des groupes

Textes de la rubrique « Expression libre » du dernier numéro de St-Barth info.

St-Barth Naturellement

C’est quoi être citoyen ? Comment favoriser la citoyenneté dans notre commune ? Comment permettre grâce à la citoyenneté que chaque habitant ait sa place, dans le respect des droits et des devoirs de chacun ?
Ce n’est pas le thème d’une épreuve du baccalauréat mais un des sujets de la rentrée pour nous, les élus du groupe majoritaire. Nous ne partons pas de rien. Notre commune est réputée pour l’engagement de ses habitants : nombreuses associations, nombreux bénévoles autour de l’action sociale, forte mobilisation de certains collectifs du centre social dont la philosophie est « des actions initiées par les habitants pour les habitants ».
La politique menée ces dernières années a également favorisé l’émergence des propositions citoyennes, mais nous voulons aller plus loin ! En effet, le développement de la citoyenneté peut être une réponse aux différentes crises que nous traversons. L’intelligence collective et l’initiative citoyenne peuvent faire émerger des solutions face à la crise énergétique, la lutte contre l’isolement, la pollution, la rupture numérique, l'intolérance et bien d’autres sujets. Accompagné par un groupe de citoyens actifs, le groupe majoritaire souhaite soutenir les initiatives citoyennes, créer et renforcer les instances de participation, développer une démarche pédagogique autour de la citoyenneté et organiser des débats et des temps d’information. Chacun d’entre vous pourra participer à cette démarche sur laquelle nous communiquerons prochainement. Chacun pourra partager des expériences, des idées,  des solutions. Chacun peut faire sa part, mais ensemble nous allons plus loin ! Et nous avons besoin tous ensemble d’aller plus loin !!!
A l'aube des fêtes de fin d'année, l'engagement citoyen peut également être un engagement solidaire en partageant un moment, un mot, une attention envers ceux qui n'en ont pas assez.
Nous vous souhaitons de passer de beaux moments en cette fin d’année à venir.
Isabelle RAIMBAULT, adjointe à l’action sociale et aux solidarités

Être Heureux 2020

La démocratie ? Pas le temps !
Cela ne vous a pas échappé, il faut aller de plus en plus vite dans nos vies et nos choix du quotidien. Cette accélération est source de stress et nous pousse à renoncer à ce que l’on aime, comme le sport, l’expression artistique ou le bénévolat.
Et la démocratie dans tout cela ?
Elle souffre. Sans prendre le temps de comprendre, comment porter un jugement sage et nuancé ? Moins les citoyens ou les élus ne comprennent ou cherchent à comprendre, plus ils se rangent à la rassurante pensée unique. La démocratie s'appauvrit ainsi mécaniquement n’étant plus que la parole d’une seule voix. La légitimité de l’élu censé représenter ses électeurs diminuant tout autant. Il faut se l’avouer, le manque de débat en conseil municipal rend l'événement inintéressant. Cela explique probablement l’absence de public et d'intérêt pour cette réunion mensuelle. Par le passé, il fallait parfois ouvrir la deuxième salle pour loger tous les habitants ! Nous dénonçons régulièrement l’absence de débat, ou de commissions sur des sujets politiques importants. Et pourtant ils ne manquent pas : les finances, l’agglomération, la dépendance, la démocratie participative, l’éducation civique ou encore notre culture bartholoméenne. Oui mais voilà, discuter d’un sujet, c’est risquer d’identifier un problème et devoir lui trouver une solution. Pas de discussion, pas de débat, pas de problème. D'où un recours à l’arme fatale de l’homme politique : l’euphémisme. Plus de mauvaises herbes, mais des “adventices”, plus de plan de licenciement, mais un plan de sauvegarde de l'emploi. Les euphémismes visent à ne plus employer des mots qui peuvent être péjoratif, négatif ou blessant. Mais attention aux abus : "mauvaise herbe" on comprend que c'est un végétal non souhaitable. "Adventice" ça a l'air sympathique, on aurait presque envie d’en semer !
Jean Jaurès disait : "quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots".
Ayons le courage de regarder les problèmes de la commune, de prendre le temps d’en débattre publiquement et de trouver des solutions ensemble, avec vous, non pas pour un intérêt politique, mais bien dans l'intérêt des habitants.
Et si on en discutait ?
eh2020@ville-stbarth.fr
Ivain BIGNONET, Nathalie HERSANT, Marie-Thérèse BURR et Laurent DANIEL - Équipe EH2020

St Barth Avenir

Le terme « sobriété énergétique » fait référence à la recherche de modération dans la consommation d'énergie. Il s’agit d’une démarche volontaire de réduction des consommations (électricité, gaz, carburants, mais aussi l’eau…) grâce à des modifications des usages et des habitudes de vie. L'idée n’est pas de réduire la consommation d'énergie au détriment du confort. L'objectif n’est pas de revenir à l’âge de la bougie ou d’enfiler quatre pulls l’hiver, mais plutôt de mieux utiliser l'énergie tout en maintenant notre qualité de vie. La sobriété énergétique doit donc être associée à la notion d'efficacité énergétique.
Il existe de nombreuses façons d'intégrer la sobriété énergétique. Elle doit être autant dans la production de nos biens ou services que dans notre consommation énergétique quotidienne. C'est l'affaire de tout le monde.
Quelles pourraient-être les bonnes pratiques ?
Pour les particuliers, les économies d'énergie s'expriment au travers d'un plan d'action bien précis : réduire ses heures de chauffage et production d’eau chaude en hiver, décaler sa consommation d'énergie au-delà des pics de consommation (suivre l’Ecowatt par exemple), limiter l'utilisation des équipements énergivores et songer à les remplacer par des équipements plus performants, mieux isoler son logement si possible, favoriser une circulation douce, éteindre les appareils en veille, débrancher les chargeurs de téléphone quand ils ne chargent rien, utiliser ses volets…
Les établissements publics et des entreprises doivent réduire la consommation d'électricité et de gaz en réduisant l'éclairage, le chauffage ou la climatisation. Les entreprises doivent privilégier des procédés industriels moins énergivores, réduire le suremballage, développer la sobriété numérique et investir dans les passoires thermiques. Ils peuvent aussi produire de l’énergie (panneaux photovoltaïques ou solaires, cogénération…).
Alors soyons collectivement éco-responsables !
Richard PAPIN et Stéphane VRILLON
r.papin@ville-stbarth.fr ou s.vrillon@ville-stbarth.fr